Si je sais encore compter…

Parce que je vois commencer à fleurir les communiqués vainqueurs sur cette importante vague de sondage de rentrée (1), amusons-nous à y jeter un coup d’œil rapide avant de décortiquer les vrais chiffres publics…

Oui, enfin, on est passé de 1,6 à 1,7. Et la marge d’erreur, on s’en… ? OK.

13 mn d’écoute en plus = en toute logique 0.3 en plus. Là, ça devient crédible.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En radio, on aime bien la macédoine. On mélange tout et on a gagné !

En radio, on aime bien la macédoine. On mélange tout et on a gagné !

 

Ah c’est bien mais… on parlait de la radio, là, pas du numérique, en fait… Mauvais timing, non ?

 

 

 

 

Et évidemment !

En même temps, bon, tirer sur une ambulance… Tss tss…

 

C’est bon, on s’en tient là ?

Parce qu’en fait, sur cette dernière vague, effectivement M Radio a gagné, sortant de la zone maudite du premier point, Nosta et France Culture ont vraiment fait la différence. Picétou, ou presque. RTL marque le pas mais peut s’en tamponner : elle reste largement devant, on va resserrer quelques boulons et on peut espérer que la maison restera flambarde. Reste Inter qui gagne aussi, le principe des vases communicants, j’imagine… Sauf à supposer qu’Europe 1 ait largement dégoûté ses auditeurs du média, on peut penser qu’ils sont aller voir du côté de Demorand, qui ne doit pas en revenir de ce qui lui arrive depuis deux saisons ! Va savoir s’il n’y aurait pas eu un effet Hulot, une prime au coup de théâtre ! Ce sera peut-être enseigné plus tard dans les écoles de journalistes sous le nom du Coup de Salamé…

On en tire quoi comme enseignement ? Que nos auditeurs sont des ringards, en fait, des ploucs… Qu’ils n’aiment pas plus que ça le buzz, le private joke, les studios où les gens se marrent plus que l’auditoire… Qu’il leur faut des personnalités d’antenne fortes et une antenne à forte personnalité, des points d’ancrage, une antenne musicale patrimoniale (Nosta, M Radio) (2), curieuse et ouverte (Inter, Culture) qui sait prendre le temps de l’explication, de la découverte. Bizarrement, ces radios publiques, tout le monde en dit du mal, les critique… Mais on y revient, comme à des valeurs-refuge… L’étalon-or de la radio…

Quand on aurait aimé boursicoter comme des sauvages en pariant sur la renaissance d’Europe…

Je n’en suis pas trop fier mais cette photo m’amuse, elle illustre cet article du Monde, justement intitulé : Europe 1 : « Il n’y a pas encore de rebond visible ». C’est pas faux, comme dirait Perceval…

 

 

(1) Etant entendu que tout ceci doit être pris avec les pincettes habituelles quant à la précision du thermomètre sur lequel, sans aller jusqu’à la vision catastrophiste de Didier Maïsto, j’ai mes propres doutes depuis longtemps, le doigt mouillé du modérateur étant de plus en plus usé, me semble-t-il…

(2) Un psy expliquerait peut-être que, dans notre époque inquiétante en terme d’avenir et de macron-économie, l’auditeur cherche à retrouver la programmation de sa période plus tranquille, quand il avait entre 20 et 30 ans, que l’avenir paraissait facile, plein de promesses… Ou c’est n’importe quoi, c’est possible aussi.

print

One comment

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *