Eugène et le petit con (fable radiophonique)

J’ai d’abord laissé ceux qui ont de vraies anecdotes personnelles, ceux qui l’ont vraiment connu, lui rendre l’hommage qu’ils jugeaient nécessaire. Mais même le mec plus indifférent au foot de la planète (moi, par exemple) garde dans l’oreille le ton de voix si particulier d’Eugène Saccomano. Du coup, je ne résiste pas à l’envie de vous raconter cette anecdote arrivée à Europe 1 en 1986 et qui l’a fait éclater de ce rire fameux quand je la lui ai rappelée des années plus tard. Je venais de débouler à Europe et Michel Brillié m’avait donné un (énorme !) contrat de 5 jours. Il fallait animer en DJ la tranche 1h/3h du mat…

Tout de suite bien évidemment des nouvelles de notre ami…

Parce que la base de notre boulot, qu’on soit animateur, journaliste, chroniqueur, que ce soit en radio sur un écran de télé, c’est quand même notre façon de nous exprimer, je voulais m’arrêter un instant sur ce mystère qui fait que, quand on n’est pas concentré, ou déconcentré par un évènement perturbateur, on va utiliser, pour cacher notre gêne, pour (quelle horreur !) meubler l’antenne des mots qui, étymologiquement disent exactement le contraire de ce qu’on est en train de dire ! Je m’explique : alors que tel journaliste est en train de nous expliquer en direct la victoire imminente d’un parti inattendu à des élections, le nom du parti lui échappe totalement. Pas de bol….

Rapport d’écoute

Le 19 juillet 2019, j’ai publié sur Facebook un petit rapport d’écoute qui m’a velu quelques remarques courroucées et un grand nombre de commentaires, globalement corroborant mes constatations (143 commentaires, 56 like, cœurs et éclats de rire et 6 partages à l’heure où j’écris ce billet). Je reproduis ce texte ci-dessous et je l’update ensuite… Bon allez, j’balance ! J’ai encore un peu taillé la route en France ces jours-ci et zappé de radio B en réseau natio. Hier, par exemple, en 500 bornes, j’ai entendu un seul vrai speak. Un. 1. One. Uno. Ein. (c’est noté ?) Pour le reste, j’ai entendu quoi ? Des gens qui me promettaient plus de…

Neuilly contre le reste du monde

Les plus vieux s’en souviennent : Mai 68 ça avait été l’occasion d’écouter de la grande radio. Postés sur le toit des voitures, démontant la pastille des combinés des cabines téléphoniques pour y brancher deux pinces croco et bricoler un reportophone, les reporters radio, ceux d’Europe 1 surtout, nous faisaient vivre l’évènement et le simple fait qu’on y échappe à la censure qui verrouillait le service public a donné ses lettres de noblesse à la station. Debut novembre 2018, depuis le commencement de la crise de Gilets Jaunes, la même station a continué à plonger. Pire, la première station populaire de France a dû abandonner sa place au profit du service public,…

Révolution vs Evolution

Je viens de vivre une expérience assez étrange. Commentant dans un tweet poli et respectueux une nouvelle dont j’ai pensé qu’elle pouvait intéresser les professionnels, je me suis pris quelques insultes de la part de comptes anonymes. D’autres, à la suite de ces réponses injurieuses, ont laissé entendre que je manquais de bienveillance. Un dernier a supposé que je pourrais être un suppôt de l’immobilisme et rejeter toutes les nouveautés proposées de de plus jeunes que moi. Personne n’en voudra à cette personne ne pas savoir que c’est le contraire de ce que je propose dans mes formations et de ce que j’ai pu écrire tant ici que dans les colonnes de…

Y’a pas d’mal à s’faire du bien !

(sous-titre : Encore que…)   Alors qu’on apprend que notre pauvre malade exilée du 8ème au 15ème arrondissement va encore subir une nouvelle greffe dont on peut craindre qu’elle soit aussi inutile que les précédentes, je vois traîner ici et là de belles photos de dernières délocalisations de la matinale. Et ces photos me posent question, sans vouloir le moins du monde donner le sentiment de tirer sur une ambulance (1), mais plutôt, en tant que formateur, pour tenter d’en tirer un enseignement. Ces photos sont passionnantes pour nous autres professionnels de radio à tous les niveaux parce que c’est toujours enrichissant de voir comment s’organisent des équipes dont le savoir-faire technique…

Le Titanic de la radio

Moi, vous me connaissez (ou pas, et ce n’est pas bien grave), je ne suis pas le mec qui va suivre aveuglément les modes, qui nage dans le sens du courant, etc… Je serais plutôt rebelle sur les bords, genre à commencer Games of Thrones depuis qu’on m’a dit que le dernier épisode craignait un peu… Bref, passant pas mal de temps en voiture hier, j’ai fait un truc totalement ringard, le genre de truc qu’on fait de moins en moins de nos jours. Un vrai truc de gue-din ringardos, mais j’assume… Tatatin… J’ai écouté Europe 1 ! (1) J’assume,… mais j’ai souffert… Ah tiens, flûte, je viens de cramer le suspense…

You’re talkin’ to me ?

Bloqué dans les embout’s d’un dimanche soir sur le pittoresque périph’ parisien, je découvre une très jolie émission de France Musique et je me régale en écoutant le même morceau pendant une heure. Oui, le même. C’est le principe tout simple, très logique, de « Repassez-moi l’standard ». Une heure avec le même morceau et toute une variété d’enregistrements, de versions, de relectures, de re-créations… Chantées, instrumentales, petites formations, grands orchestres, tout y est… Sauf la lassitude. Easy-listening, idéal pour le retour du dimanche soir, avec son blues de fin de week-end. Une animation de Laurent Valéro délicate, soft, en retrait, juste ce qu’il faut. Bref, une émission idéale de la part du service…

Si je sais encore compter…

Parce que je vois commencer à fleurir les communiqués vainqueurs sur cette importante vague de sondage de rentrée (1), amusons-nous à y jeter un coup d’œil rapide avant de décortiquer les vrais chiffres publics…                             Et évidemment !   C’est bon, on s’en tient là ? Parce qu’en fait, sur cette dernière vague, effectivement M Radio a gagné, sortant de la zone maudite du premier point, Nosta et France Culture ont vraiment fait la différence. Picétou, ou presque. RTL marque le pas mais peut s’en tamponner : elle reste largement devant, on va resserrer quelques boulons et on peut…

Je peux pas, j’ai piscine

On a beau avoir, comme disait Coluche « un avis sur tout et surtout des avis« , il y a vraiment des fois où on préfèrerait avoir tort ! En ce qui me concerne, ça m’est arrivé un paquet de fois et ça m’arrivera encore, du moins tant que je continuerai à m’intéresser à notre média. Je me souviens d’une dame charmante, qui cotoyait tonton Jean-Paul quand on lançait une nouvelle radio sur Paris et qui m’a dit « on va l’appeler Chérie FM ». Je n’y ai pas cru. Takaoir… L’an dernier, j’avais franchement cru que Patrick Cohen pouvait relancer cette matinale… J’en ai d’autres mais je vais essayer de garder encore un peu de…

La Comédie du Pouvoir

Alors que certains signes inquiétants se font jour dans cette station (comme l’éviction récente de Michel Onfray dont l’université populaire fournissait quand même une excellente – même si discutable – heure de programme pour la grille l’été, après ses attaques contre notre monarque actuel), France Culture continue de diffuser de ces petites perles qui, volontairement ou non, en font sans doute la radio la plus révolutionnaire de cette fin de décennie. Qu’on écoute l’état de l’hôpital public, dans la voix des soignants des services d’urgence, des « urgentistes sous tension », et on ne pourra qu’insulter les médias qui ont fait d’une ancienne Ministre de la Santé de sinistre mémoire la nouvelle bonne copine…

Quand la radio asso fait mieux que la radio mondiale…

Vous aimez l’Afrique ? Vous vous intéressez à l’histoire africaine ? Vous aimez la musique ? Vous aimez la musique africaine ? Si vous avez répondu oui aux 4 questions, filez vite vers… Attendez ! Non, pas RFI ! Euh… Si, si c’est pour écouter la géniale épopée des musiques noires, ça d’accord. Mais, de grâce, épargnez-moi Foka et ses feuilletons feuilletonnesques et feuilletonnants, avec ses formules usées jusqu’à la corde et ses sons multi-diffusés… ! Ne me parlez pas de l’ambianceur à la voix blanche auto-proclamé roi des nuits africaines (du 16 ème arrondissement) ! Non, allez plutôt faire un tour du côté de chez Jacq et de son Farafina Trip….

Le bisou de Polacco

Vendredi 20 novembre 2015 Depuis une semaine, le monde nous parait un peu plus sombre, un peu moins accueillant. Il faut dire que les horreurs dont il est le théâtre quotidien se sont produites, cette fois, au milieu de nous, dans ce centre symbolique, cette capitale de la France qu’est ce Paris populaire et vivant… Et, ce vendredi, c’est de Bamako que nous sont venues les mauvaises nouvelles, avec cette prise d’otages dont, tout au long de la journée, on ne saura rien ou presque. RFI, puis France 24 seront mes sources d’information, jusqu’à 14 h, où je bascule sur France Info. Jusqu’à ces derniers mois, France Info, soyons honnête, ça n’a…

Formation & passage de relais…

Dans le numéro de juin 2015 de la Lettre Pro de la Radio, la talentueuse Céline Da Costa, qui fait désormais la pluie et le beau temps le matin sur France Info, a eu la gentillesse de me désigner comme son Maître Yoda en radio. Ce qui ne pouvait que me faire très plaisir car, après autant d’années passées dans ce métier, voir que ceux et celles en qui j’ai cru ne déçoivent pas mes espérances et mettent à profit ce que nos rencontres ont pu leur apporter pour faire une radio que je n’ai jamais eu l’occasion de faire moi-même est quelque chose d’infiniment positif. J’ai reçu quelques jours plus tard,…

bogoss

Les concepts américains dans les radios françaises

Au Salon de la Radio 2016, le 1er février, j’ai eu le plaisir de réunir deux pointures discrètes de notre métier pour parler avec eux de l’intégration de concepts américains dans les programmes français et de leur adaptation à notre public. Michel Brillié (ancien directeur des programmes d’Europe 1, puis de BFM, RMC, Itélé…) était réalisateur à Europe 1 quand, envoyé à San Diego avec Jean-Loup Lafont, ils ont découvert ce qui allait être le fameux Europe-Stop. Il nous l’a raconté. Quant à Jean-Yves Hautemulle (Directeur d’Antenne de RTL), il nous parlé de la Valise, du Stop ou Encore et des concepts plus récents. Merci encore à eux d’avoir joué le jeu…

Cartons

Quand la radio ne sait plus où elle habite

Les unes après les autres, les pages se tournent, symboliques. 2015 aura été celle de la retraite pour André Torrent et de la disparition de Jean-Loup Lafont, tous deux pour toujours dépositaires d’une partie de notre jeunesse d’auditeurs passionnés. Good Bye le 8ème… 2016/2017 seront donc celles qui verront les deux plus fameuses maisons de radios privées de France quitter la capitale et leur adresse historique. Les plumitifs ne pourront plus écrire : « la grande maison de la rue Bayard » ou « les studios de la rue François 1er » et il faudra recommencer à donner l’adresse en entier en montant dans un taxi (1). Notons au passage à quel point la désertion de…

Mes nuits au JP

Certains ayant jugé bon d’exhumer cette archive sur Facebook, et d’autres (certainement encore plus pervers) l’ayant liké, j’ai pensé qu’elle méritait quelques explications car elle a une histoire amusante et, finalement, plutôt rare dans notre métier, puisqu’il se trouve que j’ai utilisé ce studio sur deux antennes différentes. Donc, 3 précisions : 1. D’abord, je n’assume pas du tout la chemise, donc ça c’est fait et inutile de rigoler là-dessus. 2. Je n’assume pas non plus la tronche de lou ravi de la crèche mais puisque les dossiers sont sortis autant faire avec. 3. Je ne sais pas qui a eu l’idée de virer la bonnette du SM7, on n’est pas à…

Deux productions comoriennes (novembre 2014)

  Dans le cadre d’une mission concernant « l’appui au français aux Comores », j’ai été mandaté par CFI (notamment) pour lancer la production d’une émission de radio régulière, à destination du public comorien et destinée à être diffusée sur l’ensemble des radios comoriennes représentées (publiques et communautaires) dans la formation que j’ai conduite en octobre 2013 puis novembre 2014, à Moroni, dans les studios de l’ORTC, auprès d’une bonne quinzaine de journalistes, ceci dans le cadre d’une mission globale sur l’appui au français aux Comores. Après une première mission de formation professionnelle pure, je suis revenu un an plus tard, accompagné d’une palette de 150 kg de matériel. Nous avons tout d’abord, ensemble,…

Webradios de programme : que nous disent-elles de la radio de demain ?

Depuis plusieurs années maintenant, des professionnels de la radio développent des programmes particuliers, à la demande de clients (institutionnels, groupes industriels, etc…) à l’adresse d’un public de niche précis (employés, clients, administrés…). Pour séduire ces nouveaux publics, il nous faut utiliser notre savoir-faire radiophonique et l’appliquer à des contraintes particulières. Car la webradio, si elle a décuplé les tuyaux, nous a aussi imposé à nouveau le fil-à-la-patte dont la FM nous avait affranchis. Heureusement, il existe aussi des applications diverses, des réseaux sociaux, bref d’autres manières de toucher notre public en lui adressant nos programmes d’une nouvelle manière, en ne privilégiant peut-être plus toujours le flux. Ce sont autour de ces points…

Animator !

Je voudrais vous raconter aujourd’hui une anecdote qui m’a marqué et qui continue à me trotter dans la tête, et vous faire partager les réflexions qu’elle m’inspire. C’est arrivé voici quelques semaines, lors d’un moment professionnel fort que j’ai déjà eu l’occasion de raconter ici. C’est à l’occasion de la Convention Radio de la Réunion qui a eu lieu courant mars 2014. J’ai déjà raconté le plaisir que j’ai eu à animer une table ronde avec certains des principaux acteurs de notre métier, dans cette partie de France lointaine où il est particulièrement vivace. J’en profite pour vous remettre cette photo d’illustration que j’aime beaucoup car chacun y est tout à fait…

Page 1 of 512345»