La Maladie de Sachs, Martin Winckler adapté sur France Culture

Parce que je suis quand même beau joueur, je vais une nouvelle fois louer les qualités d’une station dont l’actuelle directrice des programmes refuse seulement d’accuser réception d’un seul de mes mails. Mais là n’est point la question, mais bien à la qualité des intervenants qu’on peut y croiser. Martin Winckler est un être humain peu ordinaire. Médecin, humaniste, auteur au style parfois approximatif, il écrit pourtant des merveilles. Auteur polémique, il n’est pas particulièrement populaire au sein du Conseil de l’Ordre, quand il rappelle qu’un médecin n’est pas tout puissant, qu’il n’a pas tous les droits sur ses patients, notamment sur le corps des femmes. Voir à ce sujet son dernier…

Germaine Beaumont, écrivain et femme de radio

C’est grâce à une belle adaptation d’un de ses romans sur France Culture que j’ai fait ma plus belle découverte littéraire depuis des années. La Harpe Irlandaise, diffusée en décembre 2016 et écoutable/téléchargeable ici, fait partie d’un recueil de 3 romans consacrés à des femmes et des maisons. Shame on me : je ne connaissais pas Germaine Beaumont, dont j’ai peut-être entendu pourtant certaines fictions, gamin, à l’époque où elle coproduisait les Maîtres du Mystère, sur Paris Inter (oui, j’ai l’âge, no comment, merci…). Youtube en regorge. Gratuitement, contrairement à l’Ina. Et l’excellent blog Radio Fanch, auquel j’ai piqué une illustration, en parlait en 2014. Non contente d’avoir été une sacré personnalité,…

Non à la radio redondante

Alors bon, c’est entendu, d’accord, nos radios doivent être en phase avec leurs auditeurs. C’est la moindre des choses. Ainsi, des années 60 aux années 90, les périodes de grand rush estival nous ont permis de mettre à l’antenne des opérations spéciales dédiées, des « autocollants Europe 1 » aux radio-guidages de toutes sortes. Puis, les habitudes d’écoute ont évolué et on a vu apparaître les radios d’autoroute dont on peut espérer un traitement plus immédiat et déconcentré de l’info, et finalement, les applications diverses et variées qui, de Sytadin à Waze en passant par Google Maps, Navigator, j’en passe et des moins bonnes, permettent de réfléchir intelligemment son parcours, et de l’infléchir en…

France Culture : un été 2016 décevant

J’ai dit plusieurs fois ici le plaisir que j’avais depuis quelques années à sentir un vrai renouveau de France Culture. La grille d’été, elle aussi, apportait chaque année son lot de petites pépites : des conférences de Michel Onfray (qu’il est désormais de bon goût de mettre plus bas que terre au lieu d’utiliser ses réflexions parmi tant d’autres pour former la sienne propre) aux thématiques des matinées d’été (autour de Woody Allen, Marilyn, Marlène Dietrich), des redif’ de documentaires, les vacances se prêtaient bien à la (re-)découverte des programmes intelligents de l’antenne. Cette année avait commencé très fort avec la diffusion en direct d’un de ces magnifiques concerts-fictions que nous offrent…

Intervieweur : ne jamais rien lâcher

Dans cette émission de France-Culture, le brillant Xavier de la Porte interviewe Olivier Py, pour conclure 3 semaines de direct au Festival d’Avignon. Il nous démontre que même lorsqu’on joue à l’extérieur, qu’on interviewe une star, devant son public de fans inconditionnels, la bonne conduite de l’émission impose de ne rien lâcher et de garder le pouvoir jusqu’au bout. Ecoutez, c’est vivant, passionnant, vif et drôle. Encore une fois, la radio, c’est la vie ! http://www.franceculture.fr/emission-des-idees-sous-les-platanes-olivier-py-directeur-du-festival-d-avignon-2014-07-25

Non non le Mouv’ n’est pas mort…

(… de la à dire qu’il… encore, voire qu’il nous ferait…, il y a loin) Bon, je vous vois venir, oiseaux de mauvais augures, persifleurs patentés, ricaneurs gourmands, vous vous gaussez déjà de la future grille du Mouv’ ! C’est pajolijoli, si vous voulez mon avis. D’abord parce qu’on a déjà beaucoup ri sur le dos de cette pauvre chose et ensuite parce que quand on pense à ce que ça coûte aux finances publiques, un auditeur de ce truc, ça fait déjà vachement moins rire si on voit le nombre de gens qui dorment dans la rue cet hiver ! Alors, comme il est bon de se livrer au petit jeu…

Excusez-moi de vous déranger !

Récemment, là, j’ai taillé la route. Tout seul, dans ma voiture, j’ai pris l’autoroute un soir de semaine, après le dîner, pour aller faire un tour dans l’Est. La nuit tombait. De loin en loin, de petites nappes de brouillard obligeaient à lever le pied. La visibilité était ce qu’elle est en général sur les autoroutes françaises dont l’éclairage a fait leur célébrité en Europe. La radio était allumée et j’avais besoin de compagnie. Sur France Culture, j’ai découvert « La Dispute« . Des tas de gens très érudits étaient allés ensemble voir un opéra à la Bastille et rivalisaient de bons mots pour gloser sur le lieu (« Il vaudrait mieux le transformer en…