Dans la même catégorie

Petit bonheur du jour

rfiC’est un plaisir qui ne m’arrive pas tous les jours. Alors, pour une fois que je le vis, j’ai eu envie de vous en faire profiter.

Quand on reste, comme moi, amoureux de son media, entendre pour la première fois un talent qu’on ne connaissait pas, est un grand moment. Alors laissez-moi vous parler de mon coup de foudre professionnel du moment. Peut-être la connaissiez-vous déjà et allez-vous me reprocher de tomber de la lune… Pardon à ses fans.

Elle s’appelle Anastasie Tudiesche et officie chaque matin sur RFI où elle tient la boutique des « 7 milliards de voisins ». Et jamais cette – généralement excellente – émission n’a eu autant de charme à mes oreilles.

Car le formateur que je suis, toujours en recherche des petits plus qui vont accueillir l’auditeur, le faire se sentir chez lui, lui permettre de sentir que l’émission est pour lui, cet enquiquineur patenté et régulièrement défrayé en tant que tel, se réjouit quotidiennement devant le talent de la journaliste, présente et pleine d’humilité, constamment souriante et toujours à bon escient, capable d’apporter un peu de légèreté aux sujets forts, soucieuse d’accueillir participants en studio et auditeurs au téléphone avec la même courtoisie, la même écoute, la même empathie, en faisant sentir à l’auditeur isolé, pas toujours concerné par le sujet, que tout ceci est tourné vers lui et aussi joliment fabriqué à son seul profit.

Sérieusement, nous avons là un cas d’école à étudier dans nos formations professionnelles, car l’animatrice pratique un art élégant et efficace qui me réjouit à chaque écoute. Il y a, de plus dans sa pratique, une espèce d’universalité du média. Impossible de dire s’il s’agit là d’une radio de service public, commerciale, communautaire… Son approche est universelle et généraliste : elle s’adresse à tous, et elle parle à chacun. D’un air léger, souriant, elle exerce son métier avec une technique tout à fait maîtrisée.

7m

De droite à gauche : Emmanuelle Bastide et Anasthasie Tudiesche

La page de l’émission est là et je ne voudrais en aucun cas froisser l’excellente professionnelle qu’est Emmanuelle Bastide mais disons que je lui souhaite de profiter au maximum de ses vacances. A son retour, j’espère que la direction de RFI aura la sagesse de ne pas nous priver des grandes qualités professionnelles d’Anastasie Tudiesche.

(et là, j’en imagine qui vont recommencer la lecture de ce billet à la recherche de la vanne, la vacherie planquée. Ben non, y’en a pas. mais « sans éloge flatteur… » !)
 

(lien pour réécouter l’émission du 16/4/2014)

Comments are closed.