Dans la même catégorie

Médiamétrie novembre 2013

image_fr_964On a le choix entre se pincer, rire (jaune) et soupirer d’un air blasé, ce que nous allons choisir.

Alors, une fois encore, à la sortie du dernier carnet de notes des radios, tout le monde crie victoire. Surtout ceux qui, en fait, perdent du terrain. C’est comme en politique, alors ? Ca sent le Sapin et on se réjouit de voir la baisse de l’augmentation des emmerdes ? Comme dirait mon idole, Phil, dans Modern Family : « Seriously ? »

Alors OK, les deux mastodontes restent sur leurs positions, les confortent, même, avec un programme fort, clairement identifié. RTL et NRJ peuvent continuer à s’autoproclamer chacune première radio de France, l’une en PDA, l’autre en AC. Oui, et je ne sais vraiment pas pourquoi mais bon, Europe 1 remonte, comme France Bleu avec une durée d’écoute hallucinante (je soupçonne ses auditeurs de dormir trop profondément pour avoir l’énergie pour zapper)(1). Et RMC continue son insolente grimpette avec, là aussi, une superbe durée d’écoute.

Mais dans les autres, les musicales, notamment, c’est moins la joie. Notamment chez NRJ où on continue consciencieusement à saborder les deux beaux produits que furent Chérie et Nosta. Quel gâchis de voir deux produits qui avaient une belle place, de déliter dans l’éther, perdre leur identité et donc leur public. Parce que, plus le temps passe, moins on va avoir besoin des musicales. Par conséquent, pour éviter de les cramer avant l’heure, il est d’autant plus essentiel de renforcer leur identité, leur promesse, leur image de marque.

Ce qui n’interdit pas de les faire évoluer, évidemment, mais en gardant une logique dans cette évolution. Ainsi peut-on trouver hasardeuse la grille de Radio-Classique qui, si elle fait le choix – excellent à mes yeux – de confier son 9/13 à Christian Morin, plus jeune et talentueux que jamais, n’est pas cohérente quand, dans d’autres tranches, elle laisse certains vieux « spécialistes » autoproclamés pérorer pour leur propres oreilles.

Bref, lisons les chiffres et on constatera que les cris de victoire sont de plus en plus dérisoires. Comment se contenter d’une durée d’écoute de 1 h 30 pour Nosta et 1 h 46 pour Classique quand RMC est à 2 h 06 ? C’est le monde à l’envers ! Je lis que RFM enregistre la meilleure durée d’écoute des musicales… (à condition d’exclure Classique des musicales, déjà). Oui, mais sur l’année elle perd 0.7 en AC et 0.3 en PDA. Et les Indés se réjouissent de leur « stabilité ». Ouaip, faut se dépêcher de se réjouir, parce que l’état stable, c’est juste avant la dégringolade. Bref, c’est pas plus mal que si c’était pire.

Alors quoi ? Alors, le buzz, les pages Facebook, les invités people, ça ne marche déjà plus. Demandez aux auditeurs d’NRJ s’ils écoutent la musique. Evidemment non. Manu et Cauet, oui. Et c’est très bien comme ça. Les auditeurs ne veulent plus d’eau tiède, mais du programme. N’importe lequel, il y en aura pour tous les goûts, c’est pourquoi NRJ tient bon et c’est aussi pourquoi France Culture augmente lentement, mais surement, en gagnant des minutes d’audience. Car Culture a fait sa mue : de plus en plus identifiés, ses programmes-phares sont de plus en plus en phase avec leur public et la page FaceBook de « Pas la peine de crier » (2), par exemple, « ça fait sens » (pour parler actuel).

Les auditeurs sont difficiles et ont des goûts disparates, et ça, c’est une vachement bonne nouvelle. Tant qu’ils aimeront NRJ et France-Culture, on pourra faire de la bonne radio.

 

(1) T’énerve pas, Jean-Luc, c’est une petite provo à 2 balles
(2) Ecoutez Marie Richeux, elle est formidable !

Comments are closed.