Dans la même catégorie

Drôle de rencontre…

« Les voyages forment la jeunesse mais je te dis pas dans quel état ils mettent les valises ! » (Coluche)

(live from Moroni, Comores, où je reste deux semaines dans le cadre de ma mission auprès des professionnels des radios comoriennes)
Dans l’hôtel où j’ai mon rond de serviette, ma petite table attitrée et où le cuistot vient directement voir avec moi ce qui me ferait plaisir, vient de débouler une vingtaine de (plus ou moins) jeunes Peace Corps Volonteers.
Hier soir, à l’arrivée, on leur avait dressé une longue table d’où s’élevaient quelques bruits de fourchettes et quelques discussions assez distendues.
Aujourd’hui, au déjeuner, changement de décor : les tables sont remises normalement, ils se sont donc assis par 4 et c’est tout un microcosme presque caricatural de cette Amérique que les films (de West Side Story à Cry Baby et passant par Grease et Sex Academy*) nous ont décrite.
imagesIl y a la table des « cools » (détendus, souriants, bien proprets), celle des « nerds » absolus, avec tous la même paire de lunettes que le nerd de American Graffiti, mais aussi sa chemise et son air détendu (!), celle des « mormons » (version bis du nerd qui choisit de gérer sa nerditude via une étiquette quelconque.

Iimages-2l y en a une, notamment qui ressemble à la fille du missionnaire de La Canonnière du Yang Tsé et une autre qui ressemble plus à Katharine Hepburn dans African Queen, le cinoche, je vous dis !) et enfin les paumés, ceux qui se demandent ce qu’ils foutent là dont un, totalement déprimé, qui doit ressentir ce qu’ont vécu certains GI’s balancés à Saïgon en 72 (sauf que les soirées de Saïgon en 72 devaient être un poil plus décadentes que celles de Moroni en 2015). Lui, il m’inquiète et je le vois bien repartir en avion images-1sanitaire avant la fin de la semaine, avec un tuyau au fond de l’estomac pour nettoyer son overdose d’anti-dépresseur.
Mais cessons de nous moquer (si, si, vous vous moquez, je le vois bien !!). Ces jeunes gens sont à l’hôtel pour la semaine, le temps de s’acclimater au pays et on les balance dans des villages pour enseigner l’anglais pendant 2 ans. Oui, 2 ans ! Alors même si vous (et moi, bon) avons un peu l’esprit persifleur, ça force quand même un peu le respect.
Bien sûr, c’est surement un peu intéressé de la part des USA, je ne suis pas si naïf !

kenD’ailleurs, je lis sur Wikipedia que ce Corps de volontaires aurait été créé par John F Kennedy, quelqu’un qu’on ne saurait taxer de visée expansionniste, n’est-ce pas ?
Mais quand même, ils me deviennent sympas… Si j’en trouve un qui parle français… ah oui, je ne vous ai pas dit ? Aucun ne parle chi-comorien, et pour l’instant, je n’en ai pas trouvé de francophone… Bref, si j’en trouve un qui baragouine, je vous l’interviewe, pour le plaisir !

(*) Oui, j’ai vu. Oui, j’ai rigolé. Oui, j’assume.

Comments are closed.