Avant de diffuser : réécouter

Ça a l’air stupide, dit comme ça, mais c’est important. Quand on vient de passer des heures en mixage, montage, etc…, il vaut mieux ne pas balancer son reportage tel quel à l’antenne. L’idéal est de le laisser refroidir sur un coin de fenêtre et de re-goûter avant de consommer (c’est une image, en fait). Et cette réécoute, c’est aussi le boulot du cadre de service : rédac’ chef, directeur d’antenne, qui vous voulez. Parce que le problème de notre média (va savoir, pour les autres, c’est peut-être vrai aussi !), c’est que quelle que soit la qualité de ton contenu, si la forme n’y est pas, c’est foutu, t’as bossé pour…

La webradio est-elle l’avenir de la radio ?

C’est à cette question en forme de provocation que nous allons essayer de répondre lors de la conférence de lundi 9 février 2015 au Salon de la Radio (à 17 h dans l’Auditorium). J’ai réuni des professionnels de la radio qui se sont spécialisés dans du contenu pré-vendu. Et c’est dire que, contrairement aux idées reçues, ceci ne nous exonère pas de faire de l’audience, avec, au minimum, un double objectif : séduire nos auditeurs potentiels et faire plaisir à notre client. Alors, lorsque nous fabriquons du programme sur mesure pour des clients, quels enseignements en tirons-nous sur l’évolution de notre média ? Qu’est-ce que les webradios de programme nous disent de…

Deux productions comoriennes (novembre 2014)

  Dans le cadre d’une mission concernant « l’appui au français aux Comores », j’ai été mandaté par CFI (notamment) pour lancer la production d’une émission de radio régulière, à destination du public comorien et destinée à être diffusée sur l’ensemble des radios comoriennes représentées (publiques et communautaires) dans la formation que j’ai conduite en octobre 2013 puis novembre 2014, à Moroni, dans les studios de l’ORTC, auprès d’une bonne quinzaine de journalistes, ceci dans le cadre d’une mission globale sur l’appui au français aux Comores. Après une première mission de formation professionnelle pure, je suis revenu un an plus tard, accompagné d’une palette de 150 kg de matériel. Nous avons tout d’abord, ensemble,…

Intervieweur : ne jamais rien lâcher

Dans cette émission de France-Culture, le brillant Xavier de la Porte interviewe Olivier Py, pour conclure 3 semaines de direct au Festival d’Avignon. Il nous démontre que même lorsqu’on joue à l’extérieur, qu’on interviewe une star, devant son public de fans inconditionnels, la bonne conduite de l’émission impose de ne rien lâcher et de garder le pouvoir jusqu’au bout. Ecoutez, c’est vivant, passionnant, vif et drôle. Encore une fois, la radio, c’est la vie ! http://www.franceculture.fr/emission-des-idees-sous-les-platanes-olivier-py-directeur-du-festival-d-avignon-2014-07-25

Excusez-moi de vous déranger !

Récemment, là, j’ai taillé la route. Tout seul, dans ma voiture, j’ai pris l’autoroute un soir de semaine, après le dîner, pour aller faire un tour dans l’Est. La nuit tombait. De loin en loin, de petites nappes de brouillard obligeaient à lever le pied. La visibilité était ce qu’elle est en général sur les autoroutes françaises dont l’éclairage a fait leur célébrité en Europe. La radio était allumée et j’avais besoin de compagnie. Sur France Culture, j’ai découvert « La Dispute« . Des tas de gens très érudits étaient allés ensemble voir un opéra à la Bastille et rivalisaient de bons mots pour gloser sur le lieu (« Il vaudrait mieux le transformer en…