Quand la radio asso fait mieux que la radio mondiale…

Vous aimez l’Afrique ? Vous vous intéressez à l’histoire africaine ? Vous aimez la musique ? Vous aimez la musique africaine ? Si vous avez répondu oui aux 4 questions, filez vite vers… Attendez ! Non, pas RFI ! Euh… Si, si c’est pour écouter la géniale épopée des musiques noires, ça d’accord. Mais, de grâce, épargnez-moi Foka et ses feuilletons feuilletonnesques et feuilletonnants, avec ses formules usées jusqu’à la corde et ses sons multi-diffusés… ! Ne me parlez pas de l’ambianceur à la voix blanche auto-proclamé roi des nuits africaines (du 16 ème arrondissement) ! Non, allez plutôt faire un tour du côté de chez Jacq et de son Farafina Trip….

Formation & passage de relais…

Dans le numéro de juin 2015 de la Lettre Pro de la Radio, la talentueuse Céline Da Costa, qui fait désormais la pluie et le beau temps le matin sur France Info, a eu la gentillesse de me désigner comme son Maître Yoda en radio. Ce qui ne pouvait que me faire très plaisir car, après autant d’années passées dans ce métier, voir que ceux et celles en qui j’ai cru ne déçoivent pas mes espérances et mettent à profit ce que nos rencontres ont pu leur apporter pour faire une radio que je n’ai jamais eu l’occasion de faire moi-même est quelque chose d’infiniment positif. J’ai reçu quelques jours plus tard,…

Avant de diffuser : réécouter

Ça a l’air stupide, dit comme ça, mais c’est important. Quand on vient de passer des heures en mixage, montage, etc…, il vaut mieux ne pas balancer son reportage tel quel à l’antenne. L’idéal est de le laisser refroidir sur un coin de fenêtre et de re-goûter avant de consommer (c’est une image, en fait). Et cette réécoute, c’est aussi le boulot du cadre de service : rédac’ chef, directeur d’antenne, qui vous voulez. Parce que le problème de notre média (va savoir, pour les autres, c’est peut-être vrai aussi !), c’est que quelle que soit la qualité de ton contenu, si la forme n’y est pas, c’est foutu, t’as bossé pour…

La webradio est-elle l’avenir de la radio ?

C’est à cette question en forme de provocation que nous allons essayer de répondre lors de la conférence de lundi 9 février 2015 au Salon de la Radio (à 17 h dans l’Auditorium). J’ai réuni des professionnels de la radio qui se sont spécialisés dans du contenu pré-vendu. Et c’est dire que, contrairement aux idées reçues, ceci ne nous exonère pas de faire de l’audience, avec, au minimum, un double objectif : séduire nos auditeurs potentiels et faire plaisir à notre client. Alors, lorsque nous fabriquons du programme sur mesure pour des clients, quels enseignements en tirons-nous sur l’évolution de notre média ? Qu’est-ce que les webradios de programme nous disent de…

Deux productions comoriennes (novembre 2014)

  Dans le cadre d’une mission concernant « l’appui au français aux Comores », j’ai été mandaté par CFI (notamment) pour lancer la production d’une émission de radio régulière, à destination du public comorien et destinée à être diffusée sur l’ensemble des radios comoriennes représentées (publiques et communautaires) dans la formation que j’ai conduite en octobre 2013 puis novembre 2014, à Moroni, dans les studios de l’ORTC, auprès d’une bonne quinzaine de journalistes, ceci dans le cadre d’une mission globale sur l’appui au français aux Comores. Après une première mission de formation professionnelle pure, je suis revenu un an plus tard, accompagné d’une palette de 150 kg de matériel. Nous avons tout d’abord, ensemble,…

Formation Guadeloupe 1ère

Durant deux semaines, pendant ces vacances d’automne, les animateurs de la radio publique travaillent leur métier avec Remy Jounin, dans le cadre de rencontres autour d’écoutes de piges et de remise en question de leur pratique professionnelle. Un seul objectif : booster la mise en place de la récente grille des programmes et partir à la reconquête de l’auditoire guadeloupéen ! Les moyens : beaucoup d’écoute, de jus de cerveau, d’échange en toute liberté, d’empathie et d’éclats de rire. La meilleure façon de raviver la flamme…

Intervieweur : ne jamais rien lâcher

Dans cette émission de France-Culture, le brillant Xavier de la Porte interviewe Olivier Py, pour conclure 3 semaines de direct au Festival d’Avignon. Il nous démontre que même lorsqu’on joue à l’extérieur, qu’on interviewe une star, devant son public de fans inconditionnels, la bonne conduite de l’émission impose de ne rien lâcher et de garder le pouvoir jusqu’au bout. Ecoutez, c’est vivant, passionnant, vif et drôle. Encore une fois, la radio, c’est la vie ! http://www.franceculture.fr/emission-des-idees-sous-les-platanes-olivier-py-directeur-du-festival-d-avignon-2014-07-25

Ah te voilà, toi ? Yo yo !

On attend ça depuis tellement longtemps qu’on est un certain nombre à avoir fini par penser que ça n’arriverait jamais. Pourtant… Pourtant il semble bien que, dans les semaines qui viennent, quelques radios, nouvelles ou non, vont se mettre pour de bon à émettre sur cette Arlésienne cacochyme qu’est la fameuse (ou fumeuse, comme on voudra) RNT ! (là, cher lecteur, tu devrais entendre résonner des trompettes, comme dans les meilleures scènes d’un péplum hollywoodien des années 60!) Oui, vous avez bien lu, ça arrive, avec 10 bonnes années de retard, quasi en catimini quand ça devrait être en grandes pompes… Enfin, non d’ailleurs parce que, avec notre cher CSA, les seules choses…

La Réunion 2014 : un voyage bien rempli

La vie est faite de jolis hasards. Ainsi, c’est précisément le jour où Lilian de Boisvilliers, directeur de l’Antenne Radio de Réunion 1ère, me confirmait les dates précises de ma mission auprès de son équipe, que Philippe Chapot et Frédéric Brulhatour annonçaient les dates de leur première « Convention Radio de la Réunion ». Et ces deux dates coïncidaient. Alors, il fallut abandonner l’idée de faire un peu de tourisme pendant mon week-end (mais je connais bien l’île) et, au contraire, se préparer à parler radio 10 jours sur 11 ! C’est ainsi que j’ai juste interrompu ma mission auprès de l’équipe de Réunion 1ère pour participer à la Convention. Et cela m’a donné…

La Formation, où en est-on ?

La fermeture récente d’une éphémère structure de primo-formation en radio a ramené sur le devant de la scène les difficultés de notre média à devenir adulte en se dotant de filières de formation fiables. Cela n’est d’ailleurs pas seulement dû à des défauts propres à notre média mais bien au flou artistique qui prétend gérer la formation professionnelle et aux appétissants fromages qu’elle génère. Pour la primo-formation, le problème est simple. Aucun contrôle à part celui du bouche-à-oreilles. Du coup, combien d’années aura-t-il fallu au Studio Ecole de France (et combien d’énergie à son estimable direction actuelle !) pour se débarrasser de l’encombrante (et désormais totalement injustifiée) réputation de « boite à fric » ?…

Une certaine idée du service public

Il y a bien longtemps que je ne me suis pas répandu ici sur mes expériences professionnelles, ayant un temps réservé ma prose à une publication professionnelle. Il est temps de rentrer à la maison… J’ai déjà écrit ici le bonheur que me procurent la plupart de mes missions de formation professionnelle en radio. En ce début d’automne 2013, j’ai eu le grand privilège d’être investi par CFI d’une mission de formation des personnels des radios comoriennes, dans la banlieue de Moroni. Ce stage de deux semaines, accueilli dans les locaux de la radio/télé nationale, l’ORTC, était ouvert à des animateurs/réalisateurs/producteurs/journalistes venus de toutes les radios des 3 îles (non seulement donc…

Excusez-moi de vous déranger !

Récemment, là, j’ai taillé la route. Tout seul, dans ma voiture, j’ai pris l’autoroute un soir de semaine, après le dîner, pour aller faire un tour dans l’Est. La nuit tombait. De loin en loin, de petites nappes de brouillard obligeaient à lever le pied. La visibilité était ce qu’elle est en général sur les autoroutes françaises dont l’éclairage a fait leur célébrité en Europe. La radio était allumée et j’avais besoin de compagnie. Sur France Culture, j’ai découvert « La Dispute« . Des tas de gens très érudits étaient allés ensemble voir un opéra à la Bastille et rivalisaient de bons mots pour gloser sur le lieu (« Il vaudrait mieux le transformer en…

Le Plaisir de la formation professionnelle en radio associative

La formation des professionnels et des bénévoles des radios associatives est parfois la plus complexe mais souvent la plus forte et la plus dense qui soit. Complexe en raison de la multiplicité des profils rencontrés et des divergences d’intérêts. Faire entendre à un vieux militant anar qui veut diffuser ses 33 tours de Paco Ibanez qu’il oeuvre dans le même flux que le « gamin » de 22 ans qui sort d’une formation plus axée vers la radio commerciale et qui rêve de remplacer Cauet, s’apparente plus au grand écart qu’au cours magistral… Forte parce que ces deux profils sont aussi passionnants l’un que l’autre (comme tous ceux qui s’installent entre ces deux extrêmes !)…

Vietnam Live

C’était quoi… A la fin des années 90, en 98… Fin octobre, me semble-t-il. Je venais de découvrir les joies de la formation professionnelle en radio, à Montreuil, au Cifap, où j’ai fait tant de belles rencontres au fil des années. L’un des tauliers de la boite avec qui je n’avais même pas encore échangé 3 mots ouvre la porte de la salle où on bossait et me lance : « Tu fais quoi en décembre ? ». Mimique de ma part qui veut dire « rien de prévu ». Il ajoute : « Une mission de 15 jours à Hanoi, tu prends ? » Moi, un peu décontenancé : « Euh oui, bien sûr ». A peine de le…