Dans la même catégorie

Ah te voilà, toi ? Yo yo !

On attend ça depuis tellement longtemps qu’on est un certain nombre à avoir fini par penser que ça n’arriverait jamais.

Pourtant…

Pourtant il semble bien que, dans les semaines qui viennent, quelques radios, nouvelles ou non, vont se mettre pour de bon à émettre sur cette Arlésienne cacochyme qu’est la fameuse (ou fumeuse, comme on voudra) RNT ! (là, cher lecteur, tu devrais entendre résonner des trompettes, comme dans les meilleures scènes d’un péplum hollywoodien des années 60!)

Oui, vous avez bien lu, ça arrive, avec 10 bonnes années de retard, quasi en catimini quand ça devrait être en grandes pompes… Enfin, non d’ailleurs parce que, avec notre cher CSA, les seules choses qui sont en grandes pompes, ce sont les enterrements ! Rappelez-vous l’AM… Quoi, trop facile ? Ah non ! Pardon, ce n’est pas parce que le président du CSA de l’époque est devenu subito sancto voici quelques semaines qu’on va oublier comment il a planté le truc. Qui se souvient encore de Radio Temps Libre (à part peut-être le comptable de Nagui) ? De Ciel AM (à part Franck, Marc et leurs financiers) ? De Radiorama (oui, je sais, moi aussi le nom me faisait rire) ??

Bref, reste à espérer que le CSA, dont on a vu récemment les pitoyables prestations du nouveau président face à la représentation nationale, ne nous prépare pas le même coup !

Or donc, voici qu’arrive une nouvelle façon de recevoir la radio. Le mois prochain, oui, le mois prochain, c’est officiel, vous pourrez tourner un bouton pour recevoir ces nouvelles radios. Magnifique !

« Mais… Au fait, quel bouton faudra-t-il tourner ? » vous demandera votre voisine, cette néophyte ridicule.

Ah oui, au fait…

Le passage au numérique, dans ce pays, on sait faire. Des mois auparavant, on lance une grande campagne d’information, on fait fabriquer des adaptateurs par milliers, on fait des spots à la télé, on en parle dans les JT, c’est facile, on l’a fait pour la TNT.

Oui mais. Oui mais, la TNT, c’est la télé (le média favori des hommes et des femmes politiques) alors que la RNT, c’est… la radio (c’est bien, tout le monde suit). Et que ça, ben ça intéresse vachement moins la gent politique sus-mentionnée (voir pour illustrer cette assertion le billet un peu agacé que j’avais pondu la dernière/seule fois où notre ministre de tutelle s’est intéressée (!) à notre média).

« Alors ? t’exclames-tu, lecteur impatient, ma voisine, je lui réponds quoi ? »

Tu as raison, revenons à l’essentiel. Tu peux lui dire d’aller cliquer TNT sur le moteur de recherche de Darty… ou d’aller siffler là-haut sur la colline, le résultat sera le même. Et c’est valable aussi pour Boulanger. Seule la FNAC (qui aura peut-être fermé quand vous lirez ces lignes) a référencé des trucs (je ne sais comment les appeler : ça n’a pas de nom sur le site) qui semblent recevoir la RNT mais qui sont en fait vendus par d’autres sites totalement inconnus.351588_RB_00_FB.EPS_250

Voilà donc comment on va populariser une nouvelle gamme d’ondes (essayons d’appeler ça comme ça même si les techniciens vont hurler mais qu’ils nous aident à expliquer ceux-là, aussi!) : en proposant de commander sur internet de vagues postes de radio (soyons ringards!) chez des inconnus pour un minimum de 125 € quand un poste FM de la même taille en coûte 25. Oui, on m’a dit, il y en a des moins chers. Sans doute : pour vous et moi qui nous intéressons un peu au sujet et qui croisons les fabricants au Salon de la Radio, d’accord. Mais la voisine du lecteur facétieux de ces lignes, celle qui va chez Carrefour, Auchan et Darty, elle va nous écouter comment ? Ah oui ! On m’a dit aussi que, bientôt, tous les nouveaux modèles de telle marque automobile (je ne censure pas, j’ai oublié laquelle) serait équipés pour la RNT ! Génial ! Euh… Il faudra combien de temps pour que tout le parc d’autoradios ait été renouvelé ?

« Bon d’accord, mais maintenant qu’on a dit ça, on fait quoi ? On laisse tomber ? »

Ah là, tu n’es plus facétieux, cher lecteur, mais défaitiste. Et ça, c’est mal. Non, il faut se dire que notre but est de conquérir QUAND MEME nos auditeurs, de leur donner une bonne raison de venir, d’acheter ces foutus postes et de ne pas les revendre sur Priceminister au bout de 15 jours.

Ça veut donc dire qu’il va falloir proposer sur cette nouvelle offre technique une nouvelle offre programmatique ! (c’est joli, comme phrase, hein ? Oui, tu peux me citer)

Récemment, on m’a objecté que les auditeurs allaient découvrir un meilleur son. C’est théoriquement tout à fait vrai. Sauf que leurs oreilles, tout comme les nôtres, sont habituées au son FM. Et nous avons dans ce pays du bon matériel et des gens très doués qui savent nous fabriquer un bon son, flatteur, que nos oreilles risquent de regretter quand on leur proposera un son plus pur. Ou alors on refabrique le même qu’avant. Voila qui relativise furieusement l’argument.

RadioLucienTexte_02Tout ça veut dire aussi que nos auditeurs ne vont pas se payer ces nouveaux postes hors de prix pour écouter une Nième resucée des radios des années 80 comme celles que les B rachètent et « mutualisent » à tour de bras ! Quand j’entends (oui : encore, oui : en 2014 !) un animateur au front tellement bas que ça le gêne pour articuler normalement, sur une obscure mais bruyante radio B de l’Oise brailler « Je te lâche le numéro de téléphone pour les cadeaux et on s’écoute le dernier Billonnecé« , je me demande vraiment à qui on parle, pourquoi, et quel projet industriel est derrière tout ça.

Voilà, juste un petit billet ici donc pour partager avec vous le sentiment d’exigence que représente cette pauvreté dans le lancement de la RNT en France.

Pour ma part, j’ai eu souvent la chance d’être présent quand un nouveau truc démarrait dans notre média (la FM, les décros, la numérisation, le web…) et d’y participer activement, en France ou au bout du monde. Une nouvelle fois, j’ai la chance qu’un groupe me fasse confiance pour repenser sa radio dans une nouvelle optique et je m’en réjouis.

Et, comme d’habitude, mes petites provos à deux balles n’ont d’autre but que de faire avancer un peu la réflexion autour d’un média dont les fabricants ne doivent pas être que les industriels, comme ceux qui parfois prétendent lutter, drapés de leur candeur pseudo-naïve, contre les concentrations, qu’ils pratiquent eux-même à tour de bras à leur propre échelle.

Vous avez voulu la RNT ? Vous avez lutté pour l’obtenir ? Elle arrive. Elle est à portée de main. Il ne faudra pas compter sur les pouvoirs publics pour la populariser. Donc quels moyens vous donnerez-vous pour y attirer l’audience ? Et au détriment de quelle autre écoute ?

C’est tout l’enjeu des programmes de demain, car l’extension de la couverture n’est pas tout.

Je prêche souvent ici, comme ailleurs, pour plus d’inventivité, de renouvellement dans nos programmes. Cette nouvelle échéance nous y condamne. Et c’est tant mieux !

Update 27/05/2014 : Michael Pachen, sur son blog, apporte de passionnants éléments de réflexion sur le sujet.

print

Comments are closed.